Engis

Engis est une commune industrielle située sur la Meuse. Lors des fusions elle engloba Clermont-sous-Huy et Hermalle-sous-Huy. Une importante présence préhistorique est attestée dès le Paléolithique dans les grottes de la localité. A l'époque mérovingienne, le site du Thier d'Olne, sur une colline dominant la Meuse entre Hermalle et le vicus d'Ombret, fut occupé par une résidence aristocratique. Un mausolée puis une chapelle et une église carolingienne auxquels étaient associés des tombes livrèrent également une partie de l'histoire de ce site du 7e au début du 11e siècle. Cet habitat du Haut Moyen Âge est unique en Belgique.

Les villages

Le village de Clermont bien situé sur la Meuse, dans un paysage de forêt, fut le siège d'un comté dont le château fut malheureusement détruit lors de l'exploitation de carrières. La seigneurie fut acquise tardivement vers 1346 par les évêques de Liège qui l'intégrèrent à la mense épiscopale. Engis, mentionné dès 1040, appartint aux de Warfusée au 12e siècle puis aux de Horion et aux de Haultepenne.

Hermalle relevait au Moyen Âge de la cour féodale de Liège. Son château qui datait du début du 12e siècle fut détruit par les hutois. Dès le 14e siècle, on exploite l'alun à Engis. Des carrières et des briqueteries furent ouvertes aussi au 19e siècle. Mais c'est pour l'extraction et la préparation du plomb, du zinc et de la pyrite que la société de la « Nouvelle Montagne » s'installe au 19e siècle. Elle fusionnera par la suite avec la société métallurgique de Prayon-Trooz.
Les deux villages ruraux, Clermont et Hermalle, vivent en partie de l'agriculture mais également de l'industrie et des métiers de la forêt. A Clermont, on fabrique la poudre et on ouvre des ateliers de potiers ainsi que des carrières. A Hermalle, on exploitait également des carrières et 90 ouvriers travaillaient dans une alunerie à l'Epoque française.